Créer un site internet

Plantes médicinales

Inule

arnica

nom latin : Inula montana

nom français : inule des montagnes

A propos de la plante :

Elle pousse exclusivement dans les endroits secs et ensoleillés, sur calcaire.

Elle était utilisée pour les mêmes propriétés que celles que nous connaissons maintenant : ecchymoses, foulures … On faisait notamment des décoctions de fleurs dans de l'eau-de-vie, qui servaient en compresses. On ne le fera plus : la plante est protégée en Bourgogne.

 

A propos du nom :

Etonamment, la plante qui s'appelle chez nous arnica n'est pas l'arnica utilisée en pharmacopée, cette dernière étant Arnica montana, qui en Bourgogne ne se trouve que dans le Morvan (plante de montagne, sur terrains acides exclusivement). Une personne me dit que notre arnica a la même odeur forte que le "vrai".

Cette confusion se retrouve bizarrement à peu près partout où l'inule des montagnes pousse : en Provence, en Catalogne, en Espagne. A se demander si dès le début il n'y avait pas deux arnica. Cependant, le mot latin ancien s'appliquait bien à Arnica montana.

pas-d'âne

nom latin : Tussilago farfara

nom français : tussilage pas-d'âne

ailleurs en France : pied-de-poulain, pas-de-cheval, chevalière, pied-de-baudet …

ailleurs en Saône-et-Loire : pattes (Mancey)

Tussilage
Pas d a ne

A propos de la plante :

Elle marque forcément les esprits car c'est une des toutes premières fleurs à apparaître, alors que l'hiver n'est pas encore terminé ; de plus, elle a la particularité de faire apparaître un bouquet de fleurs tout d'abord, puis les feuilles nettement plus tard. On ne peut la confondre avec aucune autre.

Elle ne pousse que dans les terrains remaniés : tas de terre, et surtout vignes labourées (ce qui explique d'ailleurs qu'on en voit de moins en moins), surtout dans les terrains argileux humides.

Ses propriétés médicinales sont reconnues depuis des temps immémoriaux : "Depuis deux millénaires, le tussilage est un remède prescrit pour les mêmes indications aussi bien en Europe qu'en Chine. D'un bout à l'autre de l'Eurasie la médecine traditionnelle le recommande avec constance depuis l'antiquité comme antitussif" (Wikipedia).

Une personne que j'ai rencontrée se rappelle que quand il était gamin, le commis de la ferme fumait des feuilles de pas-d'âne. C'est effectivement un usage qui est encore décrit, soit comme remède (toux, asthme), soit pour arrêter de fumer le tabac. Le "Dictionnaire du patois de Mancey" cite : "eune bonne infusion dave des flieus de pattes" (avec des fleurs de tussilage).

 

A propos du nom :

Le mot pas-d'âne semble plutôt bourguignon (71 et 21) ; il est possible que le français l'ait récupéré chez nous. La forme de la feuille est en forme de sabot, mais il n'est pas impossible aussi qu'on reliait la présence de la plante au passage des animaux (terrains remaniés).

Troppe de millepertuis

milpourtu

nom latin : Hypericum perforatum

nom français : millepertuis perforé

 

Le millepertuis fait de belles troppes (touffes) jaunes d'or en juin le long des chemins secs et ensoleillés. Vues en face d'une source de lumière, les feuilles montrent une multitude de petits points qui laissent passer la lumière (ce sont des glandes transparentes), d'où le nom : pertuis en ancien français, pourtu en patois, signifient trou.

L'huile de millepertuis, obtenue en laissant macérer au soleil une bouteille contenant de l'huile végétale et des fleurs de millepertuis, est encore utilisée aujourd'hui pour cicatriser les brûlures légères, apaiser les peaux irritées, et en massage pour calmer les douleurs musculaires ou articulaires.